Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 30 sept. 2018, 18:23

Voilà un arrière plan pour les parties de warhammer 4 que je ferais jouer dans les prochaines semaines. Un background à des aventures indépendantes les unes des autres, mais où les personnages pourront progresser entre deux... Où il n'y aura pas lieu de se prendre la tête pour donner des explications à la réunion de personnages venus d'horizons différents pour une campagne en épisodes quoi...

LA COMPAGNIE DES SENTIERS

La compagnie des sentiers a été créée il y a de cela 25 ans par un Ostlander du nom de Hermann FIEGLER.
Cette confrérie marchande située dans la cité franche d’Ubersreik a de prime abord pour activité commerciale de préparer, organiser et effectuer le transport de choses et de personnes à travers l’Empire.
Hermann FIEGLER était un ancien patrouilleur rural qui vivait et travaillait à protéger la partie occidentale de la forêt des ombres de la Province d’Ostland. Passionné par son métier dédié à la protection des routes et des voyageurs ainsi qu’au respect de la Loi impériale et locale, Hermann travaillait néanmoins avec des compagnons qui n’hésitaient pas pour leur part à abuser de leurs pouvoirs voire de les détourner dans leurs seuls intérêts personnels.
Un jour, il découvrit sur une route relevant de son secteur les cadavres atrocement mutilés d’une famille entière de jeunes agriculteurs qui se rendaient dans la cité de Wolfenburg, massacrée jusqu’au dernier par une horde d’hommes bêtes dont la présence avait été signalée depuis de nombreux jours dans la région.
Choqué jusqu’au tréfonds de ses tripes par l’horreur de ce drame et poussé par un sentiment de totale impuissance à empêcher de telles tragédies, FIEGLER chercha à en savoir plus sur les circonstances de ce drame dont tout le monde se ficherait. Il finit par découvrir que ses pairs avaient chassés les hommes bêtes en direction de la famille d’agriculteurs en représailles du refus des paysans de payer la protection des protecteurs ruraux qui les avaient rencontrées plus tôt…
Informant naïvement le bourgmestre local des agissements des patrouilleurs placés sous son autorité, Hermann FIEGLER comprit vite des sous-entendus de l’homme que celui-ci était le principal bénéficiaire de ces méfaits et que la vie du patrouilleur rural et de sa famille était menacée s’il cherchait à remuer tout ce purin…
Craignant pour sa vie et celle de ses proches, Hermann FIEGLER quitta dans la nuit même la Province d’OSTLAND avec femme et enfant pour fuir d’éventuelles représailles à l’autre bout de l’Empire.
C’est ainsi qu’après de longs mois de voyages difficiles et dans la peur d’être retrouvés par d’anciens compagnons, FIEGLER et sa famille s’installèrent dans la Province du Reikland et plus précisément dans la cité franche d’Ubersreik.
Dans les années qui suivirent, FIEGLER travailla comme mercenaire pour les caravanes marchandes se rendant à Bögenhaffen et Altdorf. Sur ses temps libres, honteux de sa fuite et animé d’un sentiment de culpabilité né de sa propre impuissance, FIEGLER travaillait dans les dispensaires de Shallya et de Sigmar.
C’est à l’occasion d’une soirée où il était resté tard dans un de ces dispensaires que FIEGLER fit la connaissance d’un sigmarite errant, Friebald BACHER. Les sigmarites ne sont pas tous des individus sévères, inflexibles et soupçonneux (Un Tiléen vous répondra que c’est de toute façon les traits de caractère de tout habitant de l’Empire). Friebald estimait que le voyage était le meilleur moyen de répandre la parole de Sigmar et promouvoir l’unité de l’Empire aux travers des lieux les plus reculés et isolés des grandes cités. En dépit d’un respect sans borne du dogme de Sigmar, Friebald était un homme jovial et appréciant les plaisirs simple de la vie, moquant l’aspect sinistre des chasseurs de sorcières ou la démence et le ridicule des flagellants.
Robuste combattant, Friebald n’hésitait pas à donner de sa personne pour participer à la défense des caravanes au sein desquelles il officiait ou protéger les voyageurs croisés sur la route des plaies de l’Empire que sont les bandits de grand chemin, mutants et autres hommes bêtes, autant de dangers pour l’ordre de l’Empire et la quiétude de ses citoyens.
A l’occasion d’une soirée qui tarda plus longtemps que prévu et où les rêveries prennent le temps de quelques heures la forme de projets insensés et finalement éphémères, les deux hommes se mirent à évoquer la manière dont assurer la sécurité sur les routes de l’Empire des gens du commun ne pouvant se payer les services de mercenaires et soumis à la protection fluctuante, incertaine et souvent tardive des patrouilleurs ruraux locaux.
Il semble que les vapeurs d’alcool et la fatigue du petit matin n’ai finalement pas eu raison de la motivation des deux nouveaux associés et du projet né de leur rencontre.
C’est ainsi que furent jetés les bases de ce qu’allait devenir la Compagnie des Sentiers.


ACTIVITES DE LA COMPAGNIE

De prime abord, la Compagnie des sentiers est une entreprise de transport comme il en existe tant d’autres.
La Compagnie organise, planifie et assure le transport de personnes ou de choses à travers le Reikland principalement et plus rarement au-delà des frontières de la Province.
Quoique le transport fluvial soit naturellement le plus usité dans la cité d’Ubersreik, la compagnie des sentiers est essentiellement une entreprise de transport terrestre, bien qu’il puisse lui arriver de louer un bateau à certains bateliers ou marchands en fonction du contrat.
Toutefois, le commerce est moins un but en soi qu’un moyen pour la compagnie de réaliser les réels objectifs qui ont présidé à sa création.
La Compagnie des Sentiers a en effet été créée afin de louer ses services aux gens modestes, assurer leur sécurité et, sur un plan strictement idéologique, faciliter l’esprit du voyage et développer les liens entre communautés autrement que pour des raisons strictement marchandes et limitées à une population aisée.
Pour ce faire, la Compagnie des Sentiers pratique des tarifs particulièrement bas, à portée de la bourse des populations les moins fortunées, au maximum moitié moins cher que ce que proposé par les entreprises de transport sur la place.
De tels tarifs peuvent être pratiqués par la Compagnie des Sentiers grâce à une solution apparemment simple : le bénévolat de ses membres. Le service proposé par la Compagnie des Sentiers n’est pour autant pas gratuit, les maigres fonds récoltés en exécution des contrats passés ayant pour objet de financer l’achat de matériel et l’entretien des bâtiments de l’entreprise, son équipement, les bêtes et les chariots qui constituent les biens les plus précieux de la Compagnie.
La Compagnie bénéficie par ailleurs d’une autre source de revenus, annexe à son activité principale et qui la distingue d’une entreprise de transport classique, qu’est la consultation tarifée de sa bibliothèque surnommée le « sous-bois ».
Le bénévolat et la concurrence par la pratique de bas tarifs étant pour le milieu marchand somme toute très règlementé et organisé des cités du Vieux Monde aussi hérétique qu’un cultiste mutant pour un sigmarite, Friebald et Hermann prirent l’initiative de négocier en amont avec les représentants de la Guilde des Marchands d’Ubersreik en leur exposant leur projet et en leur assurant que les services de la Compagnie des Sentiers ne seraient destinés qu’à une frange de la population ne présentant pas le moindre intérêt commercial pour les entreprises de transport déjà existantes.
Le marché des petites gens (les gens du commun, pas les halflings…) incapables de payer les prix exigés par les compagnies de transport en place étant totalement dénué d’intérêt pour celles-ci, la Guilde accepta sans trop de difficulté le principe mais exigea, pour éviter que la compagnie ne soit tentée d’élargir sa clientèle ou que des marchands ne veuillent profiter du système, que chaque contrat soit approuvé, contresigné par la Guilde et que la Compagnie accepte la visite courtoise surprise de membres de l’institution de manière régulière... Et que la Compagnie accepte de temps en temps d’accomplir secrètement quelques transports pour la seule guilde au prix… payé par les gens du commun (C’est la Guilde des Marchands d’Ubersreik, pas l’Eglise de Shallya non plus).


LES MEMBRES DE LA COMPAGNIE

Les membres de la Compagnie sont choisis pour leur goût ou leur expérience du voyage, leurs compétences et une certaine éthique, excluant le recrutement de tout escroc, criminel ou hypocrite notoire.
Au-delà de ces critères, les membres sont issus de milieux sociaux variés et de tout peuple. Il s’agit d’ailleurs d’un des éléments facilitant le bénévolat, l’absence de toute rémunération financière étant contrebalancée par un système d’entraide, base des relations entre ses membres.
La compagnie des Sentiers doit être en effet perçue comme une confrérie où chaque membre, quel que soit son milieu et ses origines, doit assistance aux autres.
Chaque membre a un accès gratuit au « sous-bois », la bibliothèque de la Compagnie. Chacun peut loger dans les bâtiments de la Compagnie (l’étage de l’écurie est aménagé en dortoir d’un confort rudimentaire) ou emprunter du matériel. La compagnie peut également dans certains cas extrêmes accorder des prêts d’argent à la condition que le remboursement intervienne sous peine d’exclusion dans les délais.
Le principal intérêt d’appartenir à la Compagnie réside dans le réseau d’entraide et de solidarité existant entre ses membres quelle que soit leur origine : Un garde de la ville membre de la confrérie se devra d’améliorer l’ordinaire d’un compagnon enfermé pour simple ivresse dans les geôles de la cité libre, un autre pourra s’adresser à un artisan compagnon pour bénéficier à prix réduit d’un bien personnalisé et réalisé dans des délais courts ou bien encore un habitant lambda de l’Empire pourra apprendre à lire et écrire auprès d’un compagnon érudit…
Contrairement à certaines sociétés secrètes existant dans les milieux huppés de l’Empire, l’appartenance à la Compagnie des Sentiers n’est pas clandestine mais n’est pas pour autant criée sur les toits.
Elle s’accompagne par ailleurs de certaines obligations.
Chacun des compagnons doit se comporter de manière honorable et digne. Une fois cela dit, il n’y a pas de code précis définissant la manière dont un compagnon doit se comporter. C’est plus une sorte de… guide en fait, comme dirait les natifs de Sartosa, la cité des Pirates…Il est d’évidence qu’aucun criminel notoire ne peut être membre de la Compagnie et que tout acte malhonnête patent et non justifié accompli par un membre entrainera son expulsion. En dehors des cas les plus évidents, les contours de cette obligation de dignité sont surtout déterminés au cas par cas par les décisions d’exclusion rendues au fur et à mesure des années par la Compagnie.
Il est possible de refuser une mission sans autre motif, mais il n’est pas possible d’en refuser deux à la suite sans avoir à justifier de raisons légitimes.
Tout compagnon doit voyager quelle que soit sa destination pendant un mois cumulé au cours d’une année écoulée et ce, indépendamment des déplacements effectués dans le cadre des missions qui lui sont confiées.
Chaque fois qu’un compagnon voyage, celui-ci doit rédiger ou faire rédiger un carnet de voyage, résumant avec cartes et illustrations son périple, décrivant les lieux et les personnes rencontrées avec le plus de détails possibles. Le carnet rejoindra alors les « feuilles » (les recueils) du « sous bois » complétant ou actualisant la bibliothèque de la Compagnie. Rares sont les personnes ayant appris le savoir de la lecture et l’écriture, aussi les baroudeurs travaillant pour la Compagnie ne sont pas mécontents d’être accompagnés d’un érudit qui leur épargnera le fastidieux travail de rendre compte à leur retour leur mission au scribe de la Compagnie et de répondre à ses innombrables questions.


LE "SOUS BOIS"

A l’origine d’intérêt pratique, le "sous bois" s’est révélé au cours des années être une source de savoir suscitant l’intérêt et la convoitise. Constituée d’anecdotes, de descriptions et de récits sur les régions traversées, les mœurs des populations rencontrées, leur description, accompagnées de cartes constamment mises à jour, les « feuilles » constituent une réelle chronique de l’Empire actuel sur le plan tant géographique, culturel, social… et politique.
Conscient de l’intérêt croissant suscité par les recueils de la bibliothèque chez des érudits aussi bien que des marchands ou des diplomates, les responsables de la Compagnie décidèrent d’en limiter l’accès aux non membres et de monnayer la consultation des feuilles.
D'aucun disent que certaines "feuilles" seraient conservées à l'écart de la bibliothèque de la Compagnie, dans un endroit secret et protégé de la cité, eu égard aux informations sensibles qu'elles comporteraient...
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 04 août 2019, 00:34

Sarah FIEGLER
f4bc1310f9c3f014b7397d6c1cef3f98.jpg
f4bc1310f9c3f014b7397d6c1cef3f98.jpg (31.2 Kio) Consulté 383 fois
Sarah FIEGLER est la petite-fille du fondateur de la Compagnie.
Cette jeune femme, droite et volontaire, cherche à marcher dans les pas de la vision idéalisée qu'elle a de son grand-père, disparu il y a 5 ans. Au grand dam de son père, Willem FIEGLER, qui assure la gestion administrative de la Compagnie...
C'est tout naturellement qu'elle a réalisé son rêve de faire comme son grand-père et a rejoint le corps des Patrouilleurs Ruraux. Officiant dans le Comté du Val de la Veuve située au Sud Ouest d'Ubersreik, la jeune femme a très vite perdu l'idée magnifieée qu'elle se faisait du Corps. Idéaliste et honnête, Sarah s'est rapidement attirée l'hostilité de nombre de ses collègues aisément corruptibles mais également l'attachement et l'admiration d'un tout petit groupe de compagnons fidèles.
Sarah FIEGLER est une jeune femme droite, forte et écoeuré de façon générale par l'injustice, pourtant intrinsèque au Vieux Monde. Volontaire et hardie, Sarah est particulièrement habile à l'arbalète et sait garder son sang froid en toutes circonstances.
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 05 août 2019, 19:30

Edgar HERZOG
85ce7866f8204aacb5fb3bb319d821cd.png
85ce7866f8204aacb5fb3bb319d821cd.png (182.65 Kio) Consulté 355 fois
Edgar HERZOG est un ancien étudiant en géographie de l'université d'Altdorf. Fils d'un tavernier de Bögenhaffen, Edgar fut dès son enfance subjugué par les histoires des voyageurs logeant dans l'établissement de son père et toujours curieux des mœurs et coutumes étrangères à sa ville. Très vite, le petit Edgard interrogeait les client étrangers sur leurs pays d'origine, se mettant à imaginer et dessiner des paysages fabuleux, loin au delà des murs de la cite. Intelligent, son père finança ses études de géographie dans la capitale de l'Empire. Laissé à lui même, il se laissa aller aux joies et excès que la cité pouvait offrir à un jeune provincial... En proie aux soucis d'argent que sa pratique du jeu pouvait lui causer et en opposition avec la conception purement théorique de la géographie de ses professeurs confinés dans leur bureau poussiéreux et dont l'enseignement se limitait à l'apprentissage de grimoires et des cartes datés, Edgar fit le choix de se rendre (fuir?) dans la cité d'Ubersreik, dont la région présente des reliefs plus variés et constitue un carrefour commercial du Reikland plus important. Choisissant de travailler son diplôme de fin d'étude sur la Passe de la Dame Grise laquelle constite l'une des rares voies entre la Bretonnie et l'Empire, Edgar fut autorisé par le département de Géographie de l'Université d'Altdorf à se rendre à Ubersreik et préparer son mémoire au sein de la bibliothèque du Temple de Véréna.
Edgar fut ainsi très facilement accepté au sein de la Compagnie des Sentiers où il fait aujourd'hui office de géographe officiel et veille a la mise à jour des cartes de la bibliothèque de la Compagnie.
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 06 août 2019, 23:48

Lannfried
97578808475b41f7fc03522eb7c363182WS.png
97578808475b41f7fc03522eb7c363182WS.png (164.69 Kio) Consulté 328 fois
Jeune, athlétique et un sourire éclatant (selon les normes du Vieux Monde), les admiratrices de Lannfried ne cessent de voir en lui les qualités d'un chevalier tout droit sorti des légendes bretoniennes s'il n'était pas né dans le monde paysan. Ses détracteurs répondent que son niveau d'intelligence et sa naiveté toute virile font qu'il en a également les défauts.
Lannfried est né dans une famille d'éleveurs bovins vivant dans le Val de la Dame à une dizaine de lieues au sud d'Ubersreik. Dernier né de la famille, Lannfried a toujours été gâté, tant par son père et sa mère que par la vie et la nature. Doté d'un optimisme qui n'a d'égal que son égoïsme et son égocentrisme, Lannfried a brisé nombres de coeurs, provoqué la colère des familles voisines et la jalousie de ses frères et soeurs ainsi que celle des autres jeunes hommes des fermes voisines.
Pour le protéger de cette animosité dont le pauvre chou ne semble même pas avoir conscience, les parents de Lannfried le charge régulièrement de convoyer les troupeaux pour les vendre dans les foires environnantes, espérant ainsi calmer les rancoeurs ambiantes. C’est ainsi que Lannfried a découvert le monde citadin. Désormais, il ne doute pas qu'il est destiné à de plus grandes choses que de travailler la terre et donner à manger aux bêtes. Entre les foires, Lannfried travaille ainsi pour la ferme familiale et pour la Compagnie des Sentiers ce qui lui permet d'avoir un logement gratuit dans la grande cité d'Ubersreik. Au sein de la Compagnie, il participe aux travaux manuels que nécessitent la maintenance des bâtiments du siège grâce à son physique robuste et se charge également et surtout de l'entretien des bêtes de somme et de monte de la confrérie. Même s'il n'avouera jamais apprécier ce rôle qu'il qualifiera à qui veut l'entendre d'ingrat, gare à celui qui en son absence aura délaissé les bêtes à qui il parle à mots doux lorsqu'il est seul avec elles.
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 08 août 2019, 07:14

Gunther NAUBHOF
9b88df3155ff0c020d8dc67df865087dFORUM.png
9b88df3155ff0c020d8dc67df865087dFORUM.png (107.31 Kio) Consulté 299 fois
Gunther NAUBHOF est l’espion « officiel » de la Guilde des Marchands d’Ubersreik au sein de la Compagnie des Sentiers.
L’accord conclu en son temps entre la Compagnie et la Guilde comprend pour l’essentiel des conditions destinées à empêcher que la Compagnie ne concurrence déloyalement les autres entreprises de transport en s’accaparant leur clientèle plus fortunée en violation de ses objectifs affichés.
Pour compléter un contrôle accru, l’une des responsables actuels de la Guilde des Marchands d’Ubersreik, Karin Koenig, a « proposé » aux membres de la Compagnie que son garde du corps les rejoigne.
Gunther NAUBHOF n’a rien d’un espion au sens classique du terme. Les circonstances et raisons de son arrivée au sein de la Compagnie sont connues de tous et il ne cache pas être au service de sa patronne et lui rendre compte de ce qu’il observe au cours de ses missions. De même, Gunther est l'image même du garde du corps, respectueux de l’éthique de sa profession. Taiseux, discret et extrêmement loyal envers sa maîtresse, il sait également comment faire face aux agressions d'une manière redoutablement efficace et parfois brutale.
Bien qu'une méfiance réciproque existe toujours entre Gunther et les autres membres de la Compagnie, celle-ci tend aujourd'hui à s'estomper: la Compagnie des Sentiers n'a en définitive rien à cacher à la Guilde des Marchands et Gunther n'est pas un compagnon désagréable. Bien au contraire, celui-ci se rend compte qu'il finit par apprécier travailler pour la Compagnie ainsi que ses membres. Et il s'en inquiète. Car il sait que si un conflit venait à naître entre la Compagnie et la Guilde des Marchands, son devoir et ses principes l'obligeraient à prendre le parti de son employeur...
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 09 août 2019, 16:53

Petite précision, suite à MP de Xalendar: les profils proposés ici sont ceux de PJ prétirés susceptibles d'être joués, à défaut de PJ créés...
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 10 août 2019, 00:10

Helga REICHERT
49b4e474a6ba402c5ea07c813a54fd29.jpg
49b4e474a6ba402c5ea07c813a54fd29.jpg (44.09 Kio) Consulté 257 fois

Rebelle, insoumise, Helga REICHERT est une apprentie forgeronne travaillant pour Otto Hartmann, artisan forgeron d'Ubersreik. Helga a du faire montre de son talent et également de ses poings et de sa gouaille pour être acceptée comme apprentie auprès des forgerons d'Ubersreik. C'est à l'occasion d'une discussion houleuse ponctuée d'éclats de voix dans le bâtiment de la Guilde des Métallurgistes d'Ubersreik, qu'Otto Hartmann, alors en retrait, déclara à la surprise de tous prendre pour apprentie helga dont il avait déjà repéré auparavant le talent... Otto Hartmann est un artisan forgeron reconnu au sein de la Guilde des Métallurgistes n'ayant jamais eu d'ambitions au sein de ladite Guilde et travaillant jusque lors en solitaire, accomplissant un travail de qualité qui lui a valu le suprême honneur de susciter la curiosité à défaut de l'intérêt des artisans de la communauté naine présente dans la cité.
Helga est relativement libre dans son travail, Otto choisissant de lui enseigner de manière subtile eu égard au caractère trempé de son apprentie en l'amenant à réaliser elle même ses erreurs et à trouver par elle même ses propres techniques. Le choix d'inciter Helga à se joindre à la compagnie où Helga participe à l'entretien et la réparation du matériel participe de cette enseignement. Les principes gouvernant la Compagnie font qu'Helga se sent à sa place et que son talent est reconnu sans le moindre préjugé. Ce qui n'empêche pas certaines frictions toute "virile" et amicale de fin de soirée lorsque les compagnons partent boire une bière en taverne...
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 10 août 2019, 18:54

Balthazar KOENIG
Druide.png
Druide.png (252.42 Kio) Consulté 235 fois
Balthazar Koenig est apprenti supérieur de l'Ordre de Jade, Collège de Magie Impérial maîtrisant le Vent vert de la Magie, GHYRAN.
Balthazar s'est vu remettre il y a quelques semaines sa faucille de cuivre à l'issue d'une grande cérémonie secrète nocturne dans une clairière perdue au fond de la Reikwald. Balthazar a ainsi reçu le droit de quitter son maître et sillonner l'Empire. Bien qu'apprenti druide, Balthazar ne sait toujours pas lancer de sorts, ce qu'il ne saurait de toute façon pas faire sans la présence de son maître si tel etait le cas, puisqu'il ne bénéficie pas en sa qualité d'apprenti de licence l'autorisant à faire usage de la Magie. Balthazar a néanmoins une connaissance théorique poussée de l'Art Aethyrique, une compréhension intuitive et poussée des Vents de Magie, une capacité maîtrisée à les ressentir et un don pour dissiper la magie... C'est essentiellement par curiosité et après des années passées à servir servilement son maître que Balthazar s'est joint à la Compagnie des Sentiers en croisant certains de ses membres sur les routes. En dehors des très rares journées que Balthazar peut passer à Ubersreik, essentiellement pour rendre visite à ses compagnons et remettre ses carnets de voyage, Balthazar erre pour l'essentiel dans les étendues boisées du Duché de GRAUWERK, au Nord de la Cite.
Balthazar est un jeune homme d'humeur égale, toujours bienveillant et affichant un sourire humble et sans malice. Toujours calme, il semble toujours être indifférent aux agressions et à la corruption ambiante, bien qu'il ait conscience qu'il reste toujours sous la surveillance de son maître Druide, Helmut Rauss, dont il garde le souvenir des coups injustifiés et l'intuition que celui-ci lui est hostile pour une cause inconnue, dont seule l'a préservé la présomption de talent que semble lui prêter l'Ordre de Jade.
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 11 août 2019, 20:42

Makrina DURAKSDOTTER & Dalin ARIKSON
20895defbc99254d6d87a1fb23e7d87aFORUM.jpg
20895defbc99254d6d87a1fb23e7d87aFORUM.jpg (36.06 Kio) Consulté 217 fois
20190319-FORUM.jpg
20190319-FORUM.jpg (72.83 Kio) Consulté 217 fois
Makrina et Dalin sont partenaires dans la vie comme dans leur activités de chasseurs de primes. Ce sont d'ailleurs les seuls représentants de cette profession au sein de la communauté naine pourtant importante d'Ubersreik. De prime abord, être chasseur de primes n'est pas un profil idéal pour intégrer la Compagnie des Sentiers. Pour autant, Makrina et Dalin parcourent la Province du Reikland de long en large et tous deux ne partagent pas les travers de violence et de corruption qui s'attachent au pas des chasseurs de primes de l'Empire. Les deux nains respectent un minimum leurs prisonniers et les livrent toujours en un état correct. C'est d'ailleurs en prouvant l'innocence d'un membre de la Confrérie qu'ils avaient appréhendés qu'il leur a été proposé d'intégrer la Guilde.
Makrina est la "commerciale" du duo et négocie toujours les contrats. Et si Dalin privilégie les réponses plus physiques que son aimé, il n'en demeure pas moins que celle-ci reste redoutable une arbalète à la main d'autant plus si la vie de son partenaire est en danger.
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Avatar de l’utilisateur
Ced, Hobbit Pro
Messages : 198
Inscription : 22 févr. 2017, 14:42

Re: Un background pour Warhammer 4: La Compagnie des Sentiers

Message par Ced, Hobbit Pro » 14 août 2019, 17:21

Alicia de Shallya
prêtresse-shallya.png
prêtresse-shallya.png (116.94 Kio) Consulté 172 fois
Alicia est une très jeune nonne au service de Shallya, Déesse de la Miséricorde. Recueillie par le Clergé de Shallya dès sa plus tendre enfance après que sa famille ait été massacrée par un bande d'Hommes bêtes en maraude, Alicia sert fidèlement son Eglise en prodiguant soins et réconfort aux miséreux, nombreux dans le Vieux Monde. Alicia travaille sans rechigner dans le dispensaire du Temple de Shallya d'Ubersreik, sincèrement touchée par le sort des pauvres et malades dont elle s'occupe. Toutefois, et quoique consciente de ses devoirs, Soeur Alicia ne peut pas s'empêcher d'éprouver des envies de liberté lui faisant rêver d'autres espaces que ceux renfermés, miséreux, étouffants et déprimants des hospices du Temple de Shallya. Conscientes de ces désirs légitimes chez une jeune femme qui n'a jamais connu que la souffrance humaine et le sacerdoce que le travail consistant à en soulager des citoyens parfois ingrats peut représenter, les supérieures d'Alicia lui ont proposé de rejoindre la Compagnie des Sentiers. L'Eglise de Shallya n'est pas un client de la Compagnie mais de part la convergence de leurs buts respectifs, elle est un partenaire avérée en amenant certains miséreux ayant besoin de se déplacer vers la Compagnie. La présence d'Alicia permet de renforcer ce lien, connu par ailleurs de la Guilde des Marchands qui n'en a que faire. Chaque mission accomplie au sein de la Compagnie est vécue comme un bol d'air frais pour la jeune fille qui n'est que plus consciente de la nécessité de panser les plaies purulentes du Vieux Monde...
Ced... pour Cédric (Naaaan? Mais si)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité